Bienvenue à Natsumero, monde parallèle pénitencier pour vous, délinquant.


Partagez|

Manoir de Sei Natsumero & Eileen Galvin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Eileen Galvin
Votre fucking fondatrice •
avatar

Messages : 134

Age : 28
Localisation : Toujours là où on ne l'attend pas.
Situation : Célibataire

Race : Chaman ( Faire exploser/bouger les objets )



MessageSujet: Manoir de Sei Natsumero & Eileen Galvin Dim 27 Mai - 14:28







Une maison gigantesque dont les propriétaires sont Sei & Eileen. Elle possède de grandes pièces étalées et vastes, ainsi qu'un jardin entretenue par Eileen. Ici, la sécurité est maximale, et des gardes s'assurent de la protection à l'extérieur du bâtiment.

Vous pouvez toujours essayer d'y rentrer par effraction, mais cela risque d'être compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natsumero.forumgratuit.org
Eileen Galvin
Votre fucking fondatrice •
avatar

Messages : 134

Age : 28
Localisation : Toujours là où on ne l'attend pas.
Situation : Célibataire

Race : Chaman ( Faire exploser/bouger les objets )



MessageSujet: Re: Manoir de Sei Natsumero & Eileen Galvin Ven 1 Juin - 18:05







Cela faisait maintenant deux semaines qu'elle avait définitivement emménager à Natsumero, et un certain 'mal du pays' l'avait prise depuis. Eileen savait que la marche arrière était impossible, de ce fait, elle restait neutre sur sa nouvelle habitation : une ville remplie de délinquants, la belle vie non ? Tout ça, au fond, ça ne l'a dérangeait plus. Tout ce qu'il l'importait maintenant, c'était de vivre au jour le jour, en aidant le plus possible Sei. Elle lui devait tout.

Ses yeux s'ouvrirent lentement, comme si des millions d'années pesaient comme des fardeaux indélébiles sur ses paupières. Ce fut dans un bâillement disgracieux et peu exemplaire qu'elle s'étira, la tête enfoncée dans l'oreiller. Tous ses cheveux étaient en bataille, et en passant une main lente dedans, la jeune femme constata qu'il fallait les nettoyer. C'est en grognant légèrement qu'elle ferma le rideau, juste en faisant un petit geste de la main, sans besoin de se déplacer jusqu'à celui-ci. Son pouvoir était avantageux aussi pour ça. Se relevant dans une lenteur digne d'un escargot, Eileen bailla une nouvelle fois, avant de se redresser complètement, puis de se lever. Les deux pieds enfoncés dans ses pantoufles en forme de carotte, elle étira son corps une énième fois en se traînant mollement jusqu'à la porte de sa chambre. Chambre qui était relativement grande, et dont la porte d'entrée était énorme. Détail inutile mais qui choquait toujours un peu la demoiselle, encore pas totalement habituée à cette demeure colossale dans laquelle elle vivait. Sortant de la pièce, elle croisa quelques servantes qui lui souhaitèrent chacune une bonne journée, comme à leur habitude, puis repartirent sans demander leur reste. La jeune femme se contenta de les saluer timidement avant de virer de bord : direction la salle de bain. Cette petite pièce était le paradis d'Eileen, aussi étrange soit-elle, il n'y avait qu'ici, entre ses quatre murs, que la demoiselle se sentait détendue. Plus sereine qu'elle l'était une fois à l'intérieur de son bain, ça n'existe pas ! D'ailleurs, une fois le pied trempé dans l'eau chaude qu'avait fait coulé une des servantes, elle poussa un petit cri de soulagement. Quitter son lit tout chaud le matin pour se retrouver dans un bain bien chaud ... Un rêve qu'il n'était pas réalité pour elle jusqu'à aujourd'hui. Une vingtaine de minute plus tard, elle sortait enfin de cette pièce paradisiaque, et restait un instant observatrice du travail des servantes. Quelques unes paniquait silencieusement, sans trop chercher à comprendre, Eileen passa devant elle, traversant le couloir à grandes enjambées, avant de descendre le grand escalier du Hall.

Elle sortit calmement son portable de la poche de sa robe - qu'elle avait enfilé en deux temps trois mouvements - et chercha Sei dans son répertoire. L'appelant tout en s'approchant de la porte d'entrée, qui fut ouverte avec l'aide des servantes toutes proches, Eileen fit un premier pas dehors, l'air frais balayant son visage, tout en attendant que Mister Natsumero ne réponde au téléphone. Descendant les marches rapidement, elle trébucha soudainement sur un poids au sol, la faisant voler quelques mètres plus loin. Se retournant avec stupeur, elle aperçut en fronçant les sourcils, que ce poids étalé sur le sol n'était autre que Sei lui même. Se relevant en grognant légèrement, elle passa une main sur sa robe avant de s'approcher du jeune homme, mis en mode veille sur le parterre frais. Elle le poussa avec son pied en grognant légèrement. Comme à son habitude, il n'avait pas senti la fatigue et c'était mis en veille par mesure de sécurité. Écrasant légèrement son dos, Eileen déclara d'une voix haussée :

« SEI ! Imbécile ! Tu t'es encore endormi ici ! Imbécile, imbécile ! Je t'ai déjà dit de faire attention ! »


Soudain, les servantes sortirent de la bâtisse en courant, laissant un petit soupire échappé à chacune d'entre elle alors qu'elles assistaient à une scène bien habituelle : Eileen avait toujours tendance à frapper Sei lorsqu'il ne faisait pas attention à lui. Rien de grave. La scène était devenue plus comique qu'autre chose. Comique dans un sens, la jeune femme prenait ça très au sérieux. Mais au lieu de s'asseoir religieusement aux côtés du jeune homme en lui implorant de se réveiller, elle le tabassait affectueusement en guise de réveil puisqu'elle le savait très bien : il ne ressentait guère la douleur. Stoppant son pied, elle s'accroupit calmement près de lui en soupirant. Elle ne put cacher un sourire moqueur, cette scène, ils la vivaient tellement souvent maintenant, c'était devenu presque une habitude.

« Allez, debout va ... »


Ni une ni deux, elle l'avait relevé, attrapant sa main comme l'aurait fait une bonne vieille amie. La journée allait être longue, et sans crier gare, elle partit en informant Sei qu'elle avait pas mal de course à faire pour la semaine. Ah, le devoir de la femme au foyer prenait tout son sens une fois dans le feu de l'action : celle de Maîtresse de la Ville. C'est ainsi qu'elle quitta à pas de course le Manoir, faisant un petit signe de la main à son cher ami, avant de filer comme si le temps lui était compté.










I don't feel enough for you to cry.

Spoiler:

I DON'T CARE BITCHES.

I HAVE MUSTACHE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natsumero.forumgratuit.org

Manoir de Sei Natsumero & Eileen Galvin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Natsumero • » Les alentours de la Ville » ➢ Les Quartiers Résidentiels » Quartier Nord-